Au menu : probiotiques et prébiotiques

Saveurs et nutrition

Publié le 5 avril 2018
Par Isabelle Huot

La composition de notre intestin nous intéresse plus que jamais. En effet, les bactéries qui y sont présentes influenceraient notre état de santé. On rapporte maintenant des liens entre microbiote et obésité, maladie céliaque, colite ulcéreuse et plusieurs maladies métaboliques. Pour moduler la composition de notre flore intestinale, nous pouvons intégrer au menu des probiotiques et des prébiotiques.


Les probiotiques sont des microorganismes qui, lorsque consommés en quantité suffisante, ont des bienfaits pour la santé. Chaque souche a son champ d’action particulier. Certaines sont efficaces contre la diarrhée associée à la prise d’antibiotiques; d’autres, pour stimuler le système immunitaire ou encore améliorer le transit intestinal. Les aliments fermentés (yogourt, kéfir, lait fermenté), la choucroute, le kimchi, le tempeh, le miso et le kombucha sont des sources de bons microorganismes


Les prébiotiques, quant à eux, ne sont pas digestibles par notre tube digestif et servent à alimenter les probiotiques. Ils optimisent l’activité des probiotiques et favorisent leur croissance. L’inuline, les fructo-oligosaccarides et les galacto-oligosaccarides sont les prébiotiques les mieux documentés actuellement. Les céréales à grains entiers, ainsi que les fruits et légumes comme la banane, l’asperge, l’artichaut, l’ognon, la racine de chicorée et la poudre de topinambour sont des sources de prébiotiques. Les prochaines années sauront nous révéler les quantités à prendre pour avoir un intestin parfaitement équilibré!

Isabelle Huot
Docteure en nutrition et porte-parole du programme de perte de poids Kilo Cardio